Christian Graufood, faq

[FAQ] # 1 Le Poupin, vous connaissez ?

Christian Graufood, faq
[FAQ] # 1 Le Poupin, vous connaissez ?

Un drôle de truc m'est arrivé la semaine dernière. Je faisais mes courses dans un magasin bio, prés de la place Sainte Catherine (vous voyez peut être lequel). J'avais invité une amie pour le lunch de ce beau samedi et j'avais en tête de préparer une recette lue quelque part sur le net : des filets de canard cuisinés avec des abricots secs, des olives, des amandes et du thym. J'avais déjà réuni tous les ingrédients dans mon panier quand je me présente devant le rayon viandes, sauf le principal...Et devinez quoi ? Pas le moindre filet de canard sur les étagères !

Cette pénurie était à deux doigts de ruiner mon repas, mais je décide de rebondir. Plutôt que d'imaginer une autre recette, je me dis du poulet fera l'affaire. D'autant que le rayon en regorge : des dizaines de barquettes de filets de poulet sont empilées sous mes yeux. Et pas n'importe lequel s'il vous plait, du "filet haut de cuisses de poulet bio". L'étiquette mentionne même : "poulet sortant à l'extérieur". Du poulet heureux quoi ! C'est pas tentant çà ?

Retour à la maison le sac chargé de courses. J'ouvre la barquette et...çà alors c'est la première fois que je vois du poulet découpé comme çà ! Des morceaux rectangulaires, pliés en deux. Pas de peau, pas d'os (mais normal vu qu'on est sur du filet). Mais bon, pourquoi pas ! Mon invitée qui vient d'arriver me suggère de badigeonner les morceaux avec de la moutarde avant de les mettre au four. "Comme il n'y a pas de peau, çà apportera un peu de croquant". Bien vu.

IMG_6350.JPG

A table ! Les assiettes sont servies avec, dans chacune, deux généreux morceaux de poulet recouverts d'une couche de moutarde bien rôtie et accompagnés d'un mélange d'abricots secs, d'olive et d'amandes caramélisé avec un peu de miel. Les politesses de début de repas échangées (bon appétit et bla bla bla...) je découpe un morceau d'une viande plutôt filandreuse, j'y plante ma fourchette et au passage je pique également un abricot. Je porte le tout à la bouche, je mâche, savoure, re mâche, re savoure. Wouah c'est bon, c'est même très très bon. On sent bien la touche de thym aussi. C'est très très très bon sauf...que çà ne goûte pas le poulet !

En face de moi, mon amie se tamponne les lèvres, se trémousse et toussote. "Oui, oui c'est bon" dit elle d'un air pas très convaincu. Je reprends un morceau, seul, sans accompagnement. Je mâche, les yeux mi-clos pour me concentrer. Pendant ce temps, mon amie chipotte : elle tourne la viande plusieurs fois, la pousse sur le bord de l'assiette, la remet au centre et finalement se contente d'un abricot. 

A la troisième bouchée, une image commence à se former dans mon cerveau. Un goût venu tout droit de mon enfance, très caractéristique, unique...le goût du lapin ! Mon amie arrive à la même conclusion en blêmissant.

 - Du lapin, qu'elle horreur, je déteste çà ! dit elle.

- A bon ? Moi j'adore !

- Mais comment peux tu manger çà ? C'est trop mignon un lapin avec sa fourrure toute blanche. Ca gambade dans la prairie. Espèce de monstre !

- Ah oui ? Tandis que le poulet c'est bien connu, comme c'est moche çà ne te dérange pas d'en manger...

Je vous laisse imaginer l'ambiance pendant le repas. Nous nous sommes réconciliés au dessert devant une compote de pommes maison au gingembre servie avec des brisures de spéculos et une glace artisanale à la vanille. Et on rit de cet étrange animal mi poulet, mi lapin qu'on baptise poupin. 

Dans l'après midi, je retourne au magasin bio muni de l'étiquette spéciale poulet heureux. Et je demande à une vendeuse pourquoi ce poulet goûte-t-il le lapin ? Réponse : probablement parce que le poulet bio a un goût plus prononcé me rétorque-t-elle. Et de renchérir : en plus, c'est du haut de cuisse, vous n'en avez probablement jamais mangé ?

Ce dernier argument fait mouche ! Je ressors du magasin désarçonné. Elle a raison après tout, je n'en ai jamais mangé du haut de cuisse de poulet, voilà. En plus elle avait l'air tellement gentille, souriante et à l'écoute du client (toute mignonne quoi, un peu à l'image du lapin blanc qui gambade dans la prairie) que je ne peux pas imaginer un seul instant d'avoir été pris pour un dindon. 

Ca n'est que quelques heures plus tard que je tilte. Bien sur que si j'en ai déjà mangé du haut de cuisse de poulet. Comme tout être humain qui a un jour dégusté un poulet rôti entier en a mangé, du haut de cuisse de poulet. Et combien de personne sur cette terre on trouvé que le haut de cuisse de poulet goûtait le lapin ? Combien ? Vous peut être ? Dis moi !